Notre site est temporairement en maintenance. Merci de nous contacter par e-mail ou par téléphone pour tout renseignement.
Retrouvez-nous à nos 2 adresses :
1

10, cité de l'Ameublement 75011 Paris

2

162, boulevard Voltaire 75011 Paris

Le blog

Les pathologies majeures du sommeil

Dans notre précédent article de blog, que vous trouverez ici, nous vous présentions les pathologies mineures du sommeil. Bruxisme, secousses musculaires, somniloquie,... Nous connaissons tous quelqu’un avec l’une de ces pathologies mineures.

Mais connaissez-vous également les pathologies majeures du sommeil ? Pour mieux les contrôler et les comprendre, nous avons décidé de vous présenter aujourd’hui les pathologies majeures du sommeil les plus fréquentes.

La terreur nocturne

Vécue par environ 3% des enfants, la terreur nocturne est banale si celle-ci ne perdure pas jusqu’à l’adolescence. Toutefois, 1% des adultes sont concernés par cette pathologie majeure du sommeil, principalement liée à des antécédents familiaux.

Lors d’une terreur nocturne, la personne se dresse brutalement sur son lit, les yeux grands ouverts et peut parfois crier. Parce que la personne est en réalité en plein sommeil, il est impossible de la rassurer ou de la calmer. D’ailleurs, le sujet n’aura aucun souvenir de l’évènement au réveil.

Le somnambulisme

Tout en étant en train de dormir, la personne va démarrer une activité motrice telle que se lever ou déambuler dans la maison. Cette pathologie majeure du sommeil peut être dangereuse car, étant endormie, la personne ne voit rien et peut donc se blesser.

Le somnambulisme apparaît principalement chez l’enfant âgé de 5 à 12 ans et pour 2% des sujets cette pathologie persiste à l’âge adulte. Comme pour la terreur nocturne, un facteur héréditaire est lié au somnambulisme.

Les éveils confusionnels

Certains adultes gros dormeurs et les enfants de moins 5 ans peuvent se réveiller en étant totalement désorientés. Comme ces personnes étaient dans un sommeil profond, un réveil plus ou moins brutal peut les placer dans un état de confusion générant un comportement incohérent pendant plusieurs minutes.

L’énurésie nocturne

Votre enfant fait « pipi au lit » ? Pas d’inquiétude, cette pathologie majeure du sommeil concerne plus de 10% des enfants.

Lorsque l’on cite l’énurésie primaire, nous parlons d’enfants qui n’ont pas encore été propres. Il y a ici un facteur héréditaire sur la maturation de la vessie et du fonctionnement vésical. En revanche, lorsque l’on cite l’énurésie secondaire, nous parlons d’enfants qui continuent ou recommencent à faire pipi au lit, même après avoir été propres. Dans ce second cas, cette pathologie est notamment liée à des facteurs psychologiques.

Les dystonies paroxystiques nocturnes

Geste brutal avec un bras, contorsion, agitation de tout le corps... Cette pathologie majeure du sommeil survient lorsque la personne est toujours endormie. Répétitives, les dystonies paroxystiques nocturnes sont principalement liées à des phénomènes épileptiques.

Comme les pathologies mineures du sommeil, les pathologies majeures sont souvent sans risque. Toutefois, il est important de les identifier pour mieux les appréhender et mieux dormir. Pour toute question, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre médecin.

Rechercher un produit