Notre site est temporairement en maintenance. Merci de nous contacter par e-mail ou par téléphone pour tout renseignement.
Retrouvez-nous à nos 2 adresses :
1

10, cité de l'Ameublement 75011 Paris

2

162, boulevard Voltaire 75011 Paris

Le blog

Les pathologies mineures du sommeil

Pendant le sommeil, le cerveau est le siège d’activités plus ou moins intenses. Ainsi, certaines manifestations, avec lesquelles nous sommes plus ou moins familiers, peuvent surgir.

Que vous soyez témoin ou que vous viviez vous-même certaines de ces manifestations, il peut être intéressant de les distinguer pour mieux les contrôler.

Le bruxisme

Tout d’abord, nous avons le bruxisme qui se caractérise par un grincement des dents. Bien que la personne en cause n’ait pas conscience de cette manifestation, elle peut être très irritante pour son entourage. Le bruxisme n’est pas à prendre à la légère puisque il implique un risque d’usure excessive des dents. Il est ainsi recommandé de porter une gouttière dentaire la nuit.

Les rythmies et les secousses musculaires

Souvent observées chez les enfants, les rythmies sont des balancements d’avant en arrière ou en rotation de la tête et du corps. Sans gravité, ce trouble doit toutefois être pris en compte au moment de l’endormissement pour éviter de se cogner. Si ce phénomène persiste dans le temps, la personne peut souffrir d’une anxiété importante qu’il faut alors prendre très au sérieux.

Observées également chez l’adulte, les secousses musculaires sont involontaires et surviennent généralement au moment de l’endormissement. Nous pouvons aussi parler de secousses périodiques des membres inférieurs qui sont des contractions au niveau des jambes et se répètent à intervalles réguliers durant la nuit.

La somniloquie

Vous parlez ou connaissez quelqu’un qui parle en dormant ? Ce phénomène est appelé la somniloquie. Même si ce trouble n’est pas grave, il faut toutefois éviter de révéler des informations secrètes ! Blague à part, les discours tenus en dormant sont souvent confus et incompréhensibles.

Les paralysies du sommeil

Lors du réveil, il est possible d’éprouver une sensation de paralysie. Durant quelques secondes, il est impossible de bouger son corps. Bien qu’inquiétant, ce phénomène n’est pas grave et a souvent un caractère héréditaire. Pour rappel, nous ne pouvons pas bouger en rêvant. La paralysie du sommeil s’explique donc simplement par une désynchronisation entre le sommeil et l’éveil.

Pour conclure, les parasomnies prouvent bien que la pathologie médicale n’est pas seulement une pathologie de la veille. Si vous souffrez des syndromes nocturnes cités dans cet article, ou d’autres parasomnies, n’hésitez pas à en parler à votre médecin.

Rechercher un produit